Niolo le petit corse corsé.

Je sais on avait dit juste les fromages français.

Non toi ami corse qui me lis ne plastique pas ce blog, c’était une plaisanterie. Elle te plaît ma plaisanterie? Quoi elle te plaît pas ma plaisanterie?

Je m’étais dit aussi pas du lait de brebis après vache et chèvre. Et puis il était là tout carré dans la petite croûte affinée. J’ai cédé. C’est donc pour cette fois un pur lait de brebis.

Il a grandi dans le Nord de la Corse, dans des paysages montagneux arrides, où les fromages sont tout de même moins forts que dans le sud. On l’appelle aussi Niolu, ou Niulincu (mais ça c’est quand il n’a pas été sage)

Pendant qu’on y est j’ai appris un nouveau mot : estive, période de l’année où les troupeaux paissent sur les pâturages de montagne.

Sa pâte est molle, sa croûte lavée (pas tous les jours alors).

Il pèse 400 g (moi aussi, de plus, depuis hier) et n’est pas AOC/AOP ce qui ne l’empêche pas d’être fabriqué traditionnellement et ancestralement. Pour preuve cette photo corse médiévale, pas taper pas taper, du début du XXeme.

Fichier: Haute-Corse marchands de fromages de Niolo.jpg

De nos jours, Lyon.

Mon HipstaPrint 909346757

(assiette prêtée par le stand 17 « Mimi les assiettes » puces du canal Lyon)

On distingue:

Le niolo « fattu » : affiné de six à huit semaines.
Le niolo « vechju » : affiné de trois à quatre mois voire plus.

Le nôtre était donc un vieux vechju. Affiné sur des planches de pin comme me l’a précisé Monsieur Galland, fromager de son état, à la Croix-Rousse. Didier pour les intimes dont je ne fais pas partie.

Dégustons-le. Le Niolo. D’abord avec le nez, comme les vrais.

  • Camille ma fille a d’abord décelé comme une odeur de Comté puis un mélange olive-c***-noisette.
  • Dimitris mon fils une odeur de terre de racine et d’écorce, il a ensuite parlé de chaud comme le soleil mais ces paroles n’engagent que lui.
  • Thierry mon mari (ça rime encore!) une odeur acide soufrée.
  • Ma belle-mère qui ne s’appelle pas Bérangère malheureusement, une forte odeur de terre.
  • Et moi comme j’aime dire des bêtises (au cas où vous ne l’auriez pas remarqué) j’ai parlé de pieds dans des sandales corses.
  • En bouche nous avons trouvé la pâte plus friable, une certaine longueur tout de même, un goût plutôt rustique et bien salé. La croûte un peu vieille pour être dégustée était limite terreuse. Un peu d’acidité et de pâteux. On a aimé parce qu’on aime tous les fromages mais l’essai n’a pas été très concluant. A retenter?

Avec on a bu un vin biologique…Corse et oui. Domaine Torraccia par Christian Imbert et fils. Il était charpenté et pas trop long en bouche, comme le fromage finalement. Un nez particulier, un petit peu de fruit, une vague odeur marine j’ai trouvé, qui s’accordait très bien avec le Niolo.

Merci. En attendant la semaine prochaine, je vous invite à relire l’excellent Astérix en Corse qui fait partie de mes préférés.

Publicités

Une Réponse

  1. Malgré mon petit filet de sang corse qui coule dans mes veines, je ne suis guère tentée…

    Par contre l’autre jour, nous avons dégusté un Langres, suite aux louanges vouées ici à ce fromage et nous avons été enchantés. Merci !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :